Rechercher
  • Julien Dethier

Michel Fabry met les bouchées triples.

Vous pensiez Alain Soret inégalable ? Que nenni ! Michel Fabry enchaîne les tours sur son vélo jour après jour, si bien qu'il en est à 34 tours en 24 jours. Sa technique ? Aligner régulièrement 3 boucles d'affilée du Wekom de 30km ! Nous avons posé à Michel les mêmes questions qu'à Alain, afin de mieux faire connaissance avec cet autre Wekomiste inarrêtable.


WeKOM : Michel, question simple pour commencer : qui es-tu, d'où viens-tu ?

Michel : Je suis originaire de Thimister et vis à Polleur depuis bientôt 30 ans maintenant. Je suis marié avec Christelle et ai 2 enfants, Charline et Valérian.


W : Depuis combien de temps fais-tu du vélo ?

M : Je pratique le vélo depuis mes 30 ans. Cela fait donc 18 ans que je roule. Je vous laisse deviner mon âge. ;-) Avant cela, je pratiquais le foot en tant que gardien de but (à Minerois et Battice), le mini-foot (Rosco Thimister) et le tennis. J'ai atteint le niveau B0 avec un jeu abracadabran....de remballette. Je ne savais pas jouer me disait la majorité de mes adversaires.


J'ai été B0 en tennis avec un jeu abracadabran de remballette ! :D

W : Et quel est ton régime d'entraînement ? On suppose que tu as augmenté la fréquence ce mois-ci ?

M : D'habitude, je roule 3-4 fois la semaine. Le samedi, c'est avec le VC Central à Ensival. Je participe au challenge Bicyclic et à quelques courses ECW. Mon endroit préféré pour le vélo est le Mont-Ventoux où je vais chaque année. Parallèlement, je vais tous les jours à vélo électrique à l'école communale de La Reid dont je suis le directeur. C'est bien connu, les "profs" ont beaucoup de temps pour leurs loisirs...


Au départ, je pensais que réaliser le parcours une quinzaine de fois me suffirait. Bravo à Alain, il m'a motivé !

W : Quand t'es-tu décidé à tenter ce concours du participant le plus régulier ?

M : Dès que j'ai vu l'organisation de ce concours, ça m'a plu. Au départ, je pensais que réaliser le parcours une quinzaine de fois me suffirait pour me régaler avec les recettes de Monsieur Pauquet. Faire un tour à fond (pour réaliser un bon chrono) puis récupérer lors du second tour, telle était ma tactique de départ. Très vite, je me suis aperçu que ce serait insuffisant car Monsieur Soret ne l'entendait pas de cette oreille. Bravo à lui de faire le tour quotidiennement, ça m'a motivé. Dire que je ne faisais pas ce concours pour gagner serait mentir. Compétiteur dans l'âme (peut-être trop à mon âge), j'accepte de perdre si j'ai tout fait pour gagner. Par ailleurs, quand après 10 jours, mon beau-fils m'a dit que j'avais 5 tours de retard, j'ai un peu fait le malin en lui prétendant que j'allais revenir....J'étais peut-être aussi un peu jaloux de mon papa, qui l'an dernier à 76 ans, avait fait la une du journal en parcourant 4710 km en un mois (août 2020).


W : En parlant d'Alain justement : comme tu le sais, il participe à pied. Est-ce que tu cours aussi, toi ? Et penses-tu qu'un des deux sports est avantagé dans le cadre de ce concours ?

M : Je ne sais plus courir. Après 300 mètres, je dois m'arrêter car j'ai mal au genou. C'est pour ça que je suis en admiration devant ce que fait Monsieur Soret. Il s'est peut-être un peu plus ménagé que moi en étant jeune. Le foot, le mini-foot et le tennis, j'ait toujours tout fait à fond....Heureusement à vélo, je ne sens rien.

Concernant la deuxième partie de la question, je suis peut-être avantagé car il est plus facile de rouler 90 km (3 tours) que de courir 39 km, notamment pour les blessures. Monsieur Soret a évoqué la possibilité d'avoir mal aux fesses mais à ce niveau je suis bien rembourré...(rires). La longueur du défi et la météo (peut-être plus facile d'aller courir quand il pleut), sont les paramètres les plus difficiles à gérer.


Je suis peut-être avantagé en tant que cycliste. Monsieur Soret a évoqué la possibilité d'avoir mal aux fesses, mais à ce niveau je suis bien rembourré...(rires)

W : Dernière question, peut-être la plus importante : comment te sens-tu ? La fatigue ne se fait pas trop ressentir ?

M : Pour ce qui est de la fatigue, je me sens bien. Mon objectif étant d'améliorer mon record dans la montée du Ventoux en juillet (1h28), je me suis pourtant dit un moment que ce défi n'était pas idéal. Rapidement, je me suis pris au jeu en me persuadant que je récupérerais en juin. Ceci dit, je compte bien me rendre à Andenne pour le prochain Wekom....Pas facile de s'arrêter.


Mon prochain objectif est d'améliorer mon record sur l'ascension du Ventoux. Je suis actuellement à 1h28'.

Envie de suivre la progression de Michel et sa future ascension du Ventoux ? Voici son compte Strava : https://www.strava.com/athletes/15120489






405 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout